YAOI*MANIAC

Forum des sites nanoda.biz et yaoimaniac.com, dédiés à Gravitation et au YAOI en général.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les tourments d'une vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Les tourments d'une vie   Ven 9 Juin à 16:27

bah voila, c'est ma premiere fic (que je termine et que je publie du moins -__-; ) alors vos commentair son les bienvenu. Je tient a préciser que les nom des personages on été décider bien avant que je ne commence a lire Angel Sanctuary et que tout resenblance est fortuite. je tient aussi a signaler que je suis tres nul en ce qui concerne les titre alors si vous avez une meilleur iddée ne vous géné pas blobtongue

****

les tourments d'une vie


1er septembre, rentrée scolaire, nouvelles classes, nouveaux visages, nouveaux professeurs et pour certain, nouvelle école. C’était le cas pour Sariel Orbe.

Sariel… sa mère l’avait baptisé du nom d’un des sept archanges espérant qu’il le protègerait de son père. Cette homme était le président directeur général d’une des plus grande entreprise d’informatique du pays. Ce poste lui causait beaucoup de stresse et pour échapper à toutes ses contraintes, il s’était perdu dans l’alcoolisme. Malheureusement pour sa famille, il avait l’alcool mauvais et sous son emprise il devenait violent et battait sa femme. Après la naissance de son fils, il changea de cible et jeta son dévolu sur Sariel. Sa mère, Sonia, observait en silence, dans un coin, son mari battre son seul enfant, terrifiée, sans oser intervenir de peur de prendre la place de son fils et de s’attirer les foudre de l’homme qu’elle avait jadis aimé. Pour ce faire pardonner, elle offrait à Sariel tout ce qui lui faisait plaisir. Dans les première année, il ne demandait que des peluches ou des jouets mais à l’âge de 8 ans, le jeune enfant se pris d’un passion sans borne pour le Japon, ses coutumes, ses habitants et sa langue, il demanda alors a sa mère de lui payer des cours de japonais. Sonia, soucieuse du lui faire plaisir, lui pris donc un professeur de japonais particulier qui venait lui donner cours à raison de 5 heures par semaine. Malgré son jeune âge, Sariel était intelligent et avait compris ce que cela comportait. Il savait qu’il n’aurait pas beaucoup de temps libres pas parce que les cours lui mangeaient toute ses heures mais surtout parce que les exercices et les préparations qu’il devrait faire pour ce cours lui prendraient beaucoup de temps.

Maintenant Sariel avait 15 ans et était presque totalement bilingue mais continuait à prendre ses cours pour se perfectionner pour, peut-être un jour, pouvoir se rendre au Japon, pays si cher à son cœur.

Au bout de 17 ans de mariage, Sonia avait fini par craquer et divorcer du tyran qu’elle avait pour mari. Durant la procédure de divorce elle avait aussi demander a avoir la garde exclusive de son fils et n’avait eu aucun mal à l’avoir. N’ayant pas les même capacité financière que son ex-mari elle du se résoudre à retirer Sariel de l’institut privée ou il étudiait et à l’inscrire dans une banal école publique.

Sariel, lui, était heureux, heureux de quitter ce père satyrique, heureux de quitter cette école au règlement trop strict mais il avait peur de ne pas être accepté, il n’avait jamais eu grande confiance en lui. Le comportement violent de son père l’avait rendu fragile psychologiquement et physiquement, il s’était toujours sentit inférieur aux autres, il n’y avait pourtant aucune raison : il avait toujours été 1er de classe sans vraiment travailler pour et son physique, bien que faible, était des plus agréable. Ses cheveux châtains retombaient par mèches devant ses yeux, yeux dont la couleur était presque irréel, angélique, ils étaient violet, en fait c’était la couleur de la pierre d’améthyste qui rappelait le plus leur couleur, son visage représentait l’image la plus pure que l’on pouvait se faire de la beauté. Et, même si il ne s’en était jamais rendu compte, toutes les filles étaient folle de lui.

La cloche sonna et les élèves se rendirent dans leur locaux après avoir consulté le panneau d’affichage qui leur indiquait dans qu’elle classe ils se trouvaient. La classe de Sariel était la 4C, ayant pour titulaire Mr Rochel, un vieux-beau de la quarantaine au chevaux légèrement grisonnant, il était aussi leur prof de français.

Sariel s’installa au bureau près de la fenêtre au deuxième rang. Il avait de cette place une vue sur la cours qui s’étendait devant l’école.

Pendant la première heure Mr Rochel les fit se présenter devant la classe. Quand se fut à son tour, Sariel cru qu’il allait s’évanouir sous le trac mais il resta maître de lui et pris un visage de marbre pour se présenter pour ne pas que le moindre élève ne remarque son trouble. La chose dont il avait le plus peur était d’être humilié en publique – son père l’ayant déjà bien trop humilié en privé – il fit donc tout ce dont il était capable de faire pour rester digne devant les 18 élèves et le professeur qui se trouvaient face à lui. Quand il eut terminé, il retourna a sa place et dirigea toute son attention sur se qu’il se trouvait derrière la vitre qui le séparait de la liberté. Le soleil brillait et inondait la classe de lumière, quelque nuages de beau temps glissaient lentement dans le ciel, les oiseaux piaillaient, un chien, errant sans doute, passa devant la grille de l’école et croisa un homme élégamment habillé. Tous hors de cette classe respiraient la liberté, Sariel aurait tout donné pour ce retrouver à la place d’un de ces oiseaux ou de ce chien. L’atmosphère de cette classe était de plus en plus oppressante, il se demandait si finalement, il était heureux d’avoir quitté son ancienne école, là au moins, il avait ses repaires, ici il était totalement perdu, l’environnement lui paraissait hostile.

La cloche sonna avertissant la fin de la première heure de cours. Mr Rochel quitta la classe après les avoir salué. Bientôt, un deuxième professeur entra dans la classe, les autres élèves semblaient l’apprécier car à son entrée des exclamation de joie se firent entendre dans la pièce.

Pour Sariel, la journée passa lentement, trop lentement. Une fois rentré chez lui, il n’avait plus qu’une envie : sortir son cours de Japonais et attendre le prof qui lui donnerait le seul cours où il se trouvait à son aise. Il pouvait parler de tout ses problèmes à Mr Takito, son professeur. Au fil des années, il en était devenu le confident et l’ami, peut-être sa nature japonaise avait-elle aidé Sariel à s’ouvrir plus facilement à lui.

Enfin l’heure de son cours arriva, le jeune garçon se pressa de faire entrer son professeur et confident dans sa chambre. Une fois qu’il eu fermé la porte il se mit à expliquer tout ce qu’il s’était passé pendant la journée, combien il s’était senti mal, le stresse qu’il avait ressentit. Takehiko – Mr Takito de son prénom – avait fait de son mieux pour le rassurer, il lui avait dit qu’au bout de quelque jours il se sentirait mieux, que c’était pareil pour tout les autres nouveaux élèves. Après quelque minutes, Sariel admit que ce que lui disait son professeur était sûrement vrai et le cours pût enfin commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Ven 9 Juin à 16:28

le lendemain, Sariel se rendit en cours beaucoup moins stressé que la veille. Quand la cloche sonna tous les élèves se rendirent dans leurs classe respectives pour y attendre leur professeur.

De matin, en 1e heure, La classe 4C avait anglais, à en croire les dires des élèves doublant ce serait Mr Wanes qui donnerait ce cours, un homme assez bien portant de la cinquantaine avec une longue barbe grise.

La prote s’ouvrit et Sariel posa son regard sur l’homme qui venait d’entrer, il en eu le souffle coupé. Au lieu de l’homme qu’il s’attendait a voir, se présentait à sa place un homme de 27 ans maximum, d’origine asiatique si on en jugeait ses yeux bridés noirs et ses cheveux d’ébène eux aussi. Mais se qui maque le plus Sariel était son extraordinaire beauté. L’homme pris soudain la parole.

- Bonjour, je suis Mr Sanada, je suis votre nouveau prof d’anglais. Mr Wanes a déménagé le mois dernier et c’est moi qui vais le remplacer. Comme vous pouvez vous en douter, je ne viens pas d’ici. Je suis originaire du Japon, j’ai déjà enseigner un an d’anglais là-bas avant de venir enseigner ici. Voilà, j’espère que tout va bien se passer entre nous.

Mr Sanada continua sur sa lancée et présenta son cours. Sariel était subjugé, il venait de Japon, il était si beau. Takehiko lui aussi était Japonais, certes, mais lui n’était pas spécialement beau, Mr Sanada, lui, était beau comme un dieu, on l’aurait croisé en rue on aurait pu parier qu’il était mannequin.

Tout le reste de la journée, Sariel pensa à son magnifique prof d’anglais.

De retour chez lui, il filla dans sa chambre pour être au calme pour faire ses exercices de japonais avant l’arrivée de son professeur mais bien vite ses pensée se tournèrent vers Mr Sanada.

Quand Mr Takito arriva, c’est la mére du jeune garçon qui vient lui ouvrir, d’habitude Sariel attendait avec impatience qu’on sonne a la porte pour aller l’ouvrir, c’est aussi elle qui le conduisit jusqu’à la porte de la chambre de son fils. Quand Takehiko rentra dans la chambre de Sariel, il le trouva la tête entre les mains, un sourire béat collé sur le visage. Le professeur pris alors la parole.

- Et bien, ça a l’air d’aller mieux à l’école.
- Ouaaaah, tu m’a fait peur ! depuis quand tu es là ? demanda Sariel.
- Oh pas très longtemps ne t’inquiète pas. Mais tu m’a l’air particulièrement heureux, remarqua Takehiko.
- Oui, aujourd’hui on a vu notre prof d’anglais, il est Japonais. Et puis, il est troooop beau, ajouta Sariel en pensée.

Après ce petit intermède, ils commencèrent le cours.

۞۞۞

Les jours suivants, Sariel attendit impatiemment chaque cours d’anglais. À chaque fois que Mr Sanada l’interrogeait, son cœur faisait un bon dans sa poitrine et son rythme cardiaque s’accélérait sans qu’il ne sache pourquoi.

Cela faisait une semaine et demi que Hiroshi Sanada avait intégré la nouvelle école dans laquelle il devait enseigner. Durant son 2e jour de travail, il avait remarqué dans la classe 4C, un élève qui semblait complètement captivé par son cours, ses yeux améthyste étaient toujours fixé droit sur lui et il semblait boire ses paroles. D’ailleurs le nom de ce garçon l’avait particulièrement marqué quand il avait lu la liste pour prendre les présences : Sariel, Sariel Orbe, un nom peu courant et si sa mémoire ne le trahissait pas, Sariel était le nom d’un ange, ou plutôt d’un archange. Ce garçon l’intriguait, malgré qu’il semble intéressé par son cours, il ne prenait aucune note. Avait-il une mémoire auditive hyper-développée ou était-il doué d’une mémoire photographique ? Non, bien sur que non, on ne voyait ça que dans les films. Enfin, il en aurait le cœur net au premier test, il saurait si il était vraiment surdoué ou si tout cela n’avait été qu’un coup de son imagination.

Hiroshi rentra chez lui épuisé, il faut dire que donner cours dans les petites classes étaient vraiment épuisant. Il avait eu droit à trois classes de première pour son après-midi, ces classes étaient particulièrement dissipées et il s’était vu forcer de donner des retenues à plusieurs élèves. Heureusement, le lendemain, il aurait une journée calme, il avait cours avec plusieurs classes de 6e et de 5e, il avait aussi cours avec la 4C, il reverrait Sariel. C’est sur cette pensée qu’il s’endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Ven 9 Juin à 16:29

Quand Sariel se rendit en cours se matin là, il n’attendait plus qu’une chose : le cours d’anglais ou plutôt le professeur d’anglais. Ces derniers temps, il était devenu de plus en plus impatient pour ce qui concernait le cours d’anglais. Le seul vue de Mr Sanada rendait sa journée agréable. Oendant le week-end et le lundi – jours ou il n’avait pas anglais – il devenait maussade, rien ne semblait l’intéresser, excepté son cours de japonais.

D’ailleur Mr Takito entendait de plus en plus son élève parler de ce merveilleux Mr Sanada et il se demandait si cet homme était aussi bien que le décrivait Sariel, alors, un jour, il demanda :

- Sariel, es-tu sûr qu’il est aussi bien que tu le dis, ton Mr Sanada ?
- Mais bien sûr !!! il est trèèèèèèèèèès beau et il est super intelligent et puis il explique tellement bien que je comprends tout de suite, expliqua le jeune garçon avec enthousiasme.
- Mouais…moi je crois plutôt que tu retiens tout ce qu’il dit parce que tu es extrêmement doué pour les langues et que tout ce qu’il te dit n’est que rappel pour toi, exposa Takehiko.
- Peut-être mais il est quand même génial. Tu n’auras qu’à vérifier par toi-même ! tu n’aura qu’a venir me chercher demain à l’école, je te le montrerais. Mais pas question que tu lui parle, je ne veux pas qu’il sache que je prends des cours de japonais, j’aurais trop honte, ajouta Sariel. Je lui dirais quand je serais parfaitement bilingue.

Le vieux professeur sourit et dit :

- Je te promet que je ne lui dirait pas que je suis ton prof, je lui dirais que je suis un ami de la famille. Et puis, pour se qui est question d’être bilingue, ça ne saurait tarder.

Sariel lui sourit à son tour puis il se plongea dans son cours.

Le lendemain, après les cours, Mr Takito vint, comme prévu, chercher son élève à l’école. Il attendait devant la grille quand Sariel vint à sa rencontre. Il le pris par la main et l’entraîna dans la coure, là il lui désigna un homme du regard en disant « regarde, c’est lui… » Mr Sanada était en train de discuter avec Mr Rochel, le prof de français. Takehiko devait l’avouer, c’était un homme vraiment splendide. Soudain ce dernier regarda dans leur direction et abandonna Mr Rochel pour se diriger vers eux, un sourire aux lèvres. Il arriva à leur hauteur. Mr Takito le salua.

- bonjour, Mr Sanada, n’est-ce pas ?
- euh… oui, mais comment connaissez-vous mon nom ?
- Sariel m’a tellement parlé de vous, sourit-il.

Mais son sourire s’effaça bien vite quand l’adolescent en question lui écrasa violemment le pied du sien.

- Euh, se repris le professeur de japonais avec un sourire crispé cette fois, je veux dire de vos manière d’enseignement excellente selon lui.
- Oh, je suis extrêmement flatté, Sariel. C’est pas tout les jours qu’un prof reçoit des compliments sur sa manière d’enseigner de la part d’un élève, affirma Mr Sanada avec un léger rougissement au niveau des joues, il avait l’air de vraiment apprécier cette remarque. Mais reste à voir si ma méthode à porté ses fruits, nous vérifierons cela lors du test qui aura lieu demain, n’est-ce pas ? ajouta-t-il.
- Oui, répondit Sariel heureux mais intimidé que l’homme qui le hantait depuis quelque temps, lui parle si spontanément.
- Bien, je vais vous laisser, je dois encore corriger les copies de 3e.
- Oui, au revoir, firent en cœur le jeune garçon et le vieux japonais.

Et sur ce Mr Sanada s’en alla, les laissanr seuls. Ils montèrent tous deux dans la voiture en silence. Mais une fois la portière fermée, Sariel pris la parole d’une voix enjouée.

- Tu vois, je te l’avais dit qu’il était génial, hein !!!
- Ou, c’est un homme très bien, il est poli, sympathique et comme tu me l’avais répété à longueur de journée,,il est très beau, admit Takito.
- Oui, il est magnifique, il a sûrement beaucoup de succès avec les filles.

À cette pensée son cœur se serra et il ne dit plus mots, se qui étonna son professeur qui s’attendait à l’entendre raconter comment Mr Sanada était merveilleux pendant tout le trajet.

Arrivé chez lui, Sariel se dirigea vers sa chambre suivit de près par Takehiko. Ce dernier commençait à s’inquiéter du silence de son élève, lui qui avait toujours été extrêmement bavard en sa compagnie, de plus il avait l’air si triste…

- Sariel, qu’est-ce que tu as ? interrogea Takito.
- Comment ça ?
- Tu ne parles plus depuis tout à l’heure et tu affiche une tête d’enterrement ! qu’est-ce que tu as ? se répéta le professeur.
- Je… je ne sais pas, fit Sariel en regardant ses pieds.

Et il ne mentait pas, il ne savait vraiment pas pourquoi son cœur lui faisait si mal depuis qu’il avait pensé aux conquêtes amoureuses de son professeur d’anglais. Sariel releva la tête et sortit son cours de japonais de son bureau. C’était le signal, Takito savait que quand son élève sortait son cours, c’était que celui-ci n’avait rien à ajouter, à ce moment là, il quittait son poste de confident pour reprendre celui de professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Ven 9 Juin à 16:30

۞۞۞

Cette nuit là, Sariel dormi très mal, son sommeil était perturbé par des cauchemars, où il voyait Mr Sanada comme hypnotisé se promenant avec plusieurs femmes sans visages, lui était derrière, incapable de bouger et le néant, dans son dos, se rapprochait de plus en plus de lui, il allait finir pas être dévoré. Alors, de toutes ses forces, il l’appela, il appela son professeur, celui-ci se retourna, le regard vide, mais il ne semblait pas le voir, puis il repris sa marche. Mais les cinq femmes – car elles étaient cinq – se retournèrent et sur leurs visages inexistants apparu un sourire cruel et sarcastique. Et Sariel se fit avalé par les ténèbres…

Il se réveilla en nage, il était en pleure. Il se leva et alla ouvrir son armoire, pour la 1e fois depuis que sa mère avait quitté son père, Sariel ressortit son doudou, un petit lapin en peluche qu’il avait reçu a sa naissance, avant il s’en servait pour se réconforter après chaque fois que son père l’aie frappé. Il lui parlait a voix basse, lui posait des questions qui, toujours, restait sans réponses. Mais faire ça le calmait et le rassurait. Il le pris dans ses bras et alla se recoucher dans son lit. Là il se mit à lui parler.

- Dit moi Uko –car il l’avait nommé Uko – pourquoi mon cœur bat-il si fort quand je le voit ? murmura-t-il en parlant de Mr Sanada. Pourquoi est-ce que je me sens si mal quand je pense qu’il pourrait avoir quelqu’un dans sa vie ?

Pas de réponse…

- Uko, tu crois que je deviens fou ?

Toujours pas de réponse

Sariel serra Uko dans ses bras et se mit a sangloter en silence, au bout de quelque minutes, il se rendormit.

۞۞۞

le lendemain, il se rendit en cours avec le moral au plus bas, voir son professeur d’anglais ne le réjouissait plus mais il ne pouvait pas se passer de sa présence, elle lui était nécessaire. De plus, aujourd’hui, il avait un test en anglais, il devait être là. C’est alors le cœur lourd que Sariel entra en classe.

10h20, le teste commença, un test qui devait duré toute l’heure. Le châtain l’eu fini en moins de 15 minutes, il n’avais pas étudié mais cette matière n’était pas difficile, enfin, de son point de vue. Il avait toujours été très doué en langue, et ce n’était pas Mr Takito qui allait dire le contraire, de plus son QI était extrêmement élevé, il atteignait facilement les 180, mais on l’estimait encore plus haut.

Pendant tout le temps qu’il lui restait, Sariel ne regarda pas une seul fois Mr Sanada. En le regardant, il savait qu’il reverrait les image de son rêve, il savait qu’il le verrait se retourner vers lui, regarder dans sa direction mais sans le voir, puis l’abandonner seul face au chaos.

Hiroshi avait vu que quelque chose n’allait pas chez Sariel, quand il était rentré en classe, il l’avais vu, accoudé à son banc, le regard perdu dans le vide, le visage exprimant une infinie douleur. Sa première impression était qu’il n’avait pas étudier pour son test et qu’il se faisait du soucis mais maintenant qu’il avait sa copie en main, il savait qu’il avait tord. Elle ne comportait aucune erreur, elle était parfaite. Ce qu’il le perturbait à ce point n’était donc sûrement pas les résultat de son test mais autre chose, une chose enfuie en lui, une chose dont, Hiroshi, était sûrement l’instigateur, sinon, pourquoi éviterait-il de le regarder ?

Sans qu’il ne sache pourquoi, il souffrait d’être ainsi ignoré par son élève, qui encore la veille, ne le quittait pas des yeux, même une seconde. Ce changement de comportement le blessait au plus haut point, il voulait encore sentir le regard améthyste de Sariel posé sur lui.

Quelque chose les faisait souffrir tout les deux. Le Japonais voulait savoir ce qui n’allait pas, il voulait régler ce problème et, il en aurait le cœur net, il voulait savoir si il était en cause.

La fin du cours sonna, Mr Sanada appela Sariel dans le couloire tandis que les autres élèves attendait en classe la venue de Mr Rochel. Il suivit son professeur la tête basse, il ne pouvait toujours pas le regarder en face.

- Sariel, qu’as-tu aujourd’hui ? tu ne semble pas en pleine forme, demanda Hiroshi.
- Ri-rien, fit l’adolescent en regardant ses pieds.
- Ne me mens pas, et regarde-moi s’il te plait, insista le jeune homme sur un ton doux et calme. J’ai bien remarqué que quelque chose n’allait pas, ajouta-t-il, tu as toujours l’air heureux de venir à mon cours et quand je vous donne cours, on regard est toujours braqué sur moi, mais maintenant…

A l’évocation de ce dernier point, Sariel pris une jolie teinte grena et son regard retomba directement sur ses pieds.

- Sariel, dis-moi… !
- Je ne sais pas.
- Sariel ! tonna le professeur.
- Je… hier, j’ai fait un cauchemar, répondit enfin Sariel.
- Et j’en faisait partie ?
- N-non, mentit le jeune garçon, pourquoi ?
- Parce que tu évites de me regarder depuis ce matin.

Lis ne purent continuer leur conversation car Mr Rochel arrivait, Sariel du rentrer en classe et
Hiroshi, lui, se rendit a la salle des professeur pour y corriger ses copies pendant son heure de fourche.

Le reste de la journée passa lentement, bien trop lentement pour Sariel, il avait surtout hâte de reprendre son cours de japonais, en fait, il avait surtout envie de retrouver son confident, ami et professeur, Takehiko Takito. Plus que deux heure maintenant avant que ce dernier n’arrive.

Ces deux dernière heures passèrent encore moins vite que les précédentes.

Enfin Mr Takito arriva. Dès qu’il entra dans sa chambre, Sariel ferma la porte à clé pour ne pas que sa mère rentre alors qu’il se confiait à lui. Takehiko devinant ce qu’il se tramait, s’assit sur le lit et demanda :

- Qu’est-ce qu’il se passe Sariel ? je t’écoute.
- Je sais pas, c’est bizarre.
- Explique-moi.
- -ben, la nuit dernière, commença l’adolescent, j’ai fait un cauchemar où Mr Sanada était entouré de fille sans visage, il marchait avec elles et son regard était vide. Moi, j’était derrière et je n’arrivait pas à avancer, en plus, il y avait un espèce de trou noir derrière moi et il se rapprochait. Alors j’ai crié après Mr Sanada, je l’ai appelé de toute mes force pour qu’il m’aide. Quand il s’est retourné, c’est comme si il m’avait pas vu, mais les femmes, elles elles m’avaient vu et un affruex sourir est apparu sur leurs visages, il m’a fait vraiment peur ce sourire tu sais, tu vois, le genre de sourire qui fait froid dans le dos ?
- Oui, je vois et ensuite ?
- Ben le trou noir m’a avalé.
- Ah et c’est pour ça que tu es si perturbé ? parce que t’as fait un cauchemar ?
- Non ! c’est Mr Sanada j’arrive pas à me passer de sa présence même si je sais qu’en le revoyant mon cauchemar me reviendra en tête. Et même avant, je passais mon temps à le regarder. Et puis je le trouve si beau et si gentil. Et puis tantôt quand il m’a demandé si j’allais bien et qu’il m’a dit que je le regardais tout le temps en classe, mon cœur s’est affolé et je me suis sentis rougir. Qu’est-ce que j’ai, Takehiko ?
- Et bien mon cher Sariel, après tout ce que tu viens de me dire, je ne vois qu’une seul hypothèse : tu es amoureux.
- Amoureux ? de qui ?
- Mais de ton Mr Sanada !!! qui d’autre !?!
- Ah, oui, peut-être… sûrement… Oui ! je l’aime ! ah ! mais qu’est-ce que je vais faire ?!
- Bah, peut-être commencer par lui dire, non ? proposa le vieux japonais.
- Non !!! s’écria Sariel, ça, jamais, j’aurais bien trop honte. En plus, on est deux mecs.
- Et… ?
- -ben c’est pas normal, je suis pas normal, je vais le dégoûter.
- Tu n’es pas très optimiste, Sariel, peut-être qu’il t’aime aussi, opina le professeur.
- Mais, non, c’est impossible, il est au moins 10 ans plus vieux que moi, en plus il a déjà sûrement une petite-amie, vu comme il est beau et gentil.
- Mais au moins, il s’inquiète pour toi, lui fit remarqué Takito.

Sariel se tut et réfléchit quelques instants.

- Mais, ça veut rien dire… en tout cas, jamais je ne lui dirais !
- Bien… alors commençons.

Le jeune garçon ouvrit son cours et, sous l’œil avisé de son professeur, commença ses exercices.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
caga-chan
Aspirant(e) Yaoiste
Aspirant(e) Yaoiste


Nombre de messages : 209
Age : 26
Localisation : dans les bras de mes BiShOs *bave*
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Ven 9 Juin à 19:41

Rooooooooh j'adore ^o^
C'est trop bien chirolp_lovely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-boys-forever.skyblog.com
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Ven 9 Juin à 20:08

niah merci blobtongue je l'ai commencer en septembre c'te fic et je l'ai fini bah y'a un peu plus d'une semaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
caga-chan
Aspirant(e) Yaoiste
Aspirant(e) Yaoiste


Nombre de messages : 209
Age : 26
Localisation : dans les bras de mes BiShOs *bave*
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Sam 10 Juin à 10:49

Excellent travail *tape dans ses papattes*
Peut-on s'attendre à une suite ?
Si oui, quand ? XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-boys-forever.skyblog.com
might
Aspirant(e) Yaoiste
Aspirant(e) Yaoiste


Nombre de messages : 146
Age : 31
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Sam 10 Juin à 12:31

ouah je suis littéralement subjugué, tu as vraiment beaucoup de talent, je suis déjà en train de m'imaginer les personnages ^^.
D'habitude je lis pas trop de fics (à vrai dire j'ai pas d'éspace privé dans lequelle je pourrai lire sans que l'on me voient pcrying ) mais j'adore vraiment chirolp_lovely la tienne et comme caga-chan j'éspére qu'il y'aura une suite.
Quand au titre rassure toi je trouve qu'il colle très bien avec l'histoire chirolp_wink .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Sam 10 Juin à 21:44

la suite estr écrite, faut plus que je la tape sur l'ordi (ben oui en fait je l'ai écrite pendant les cours alors chirub_poka )

mais en voila déja un bout ^^

*****

la journée qui suivit se passa sans problème, Sariel n’avait pas anglais donc il avait eu le temps de faire le point par rapport aux sentiments qu’il éprouvait envers Mr Sanada. Sa conclusion était claire : il était vraiment très, très, très amoureux de lui. Maintenant, il allait tout faire pour que son prof d’anglais ne se doute de rien. Si il venait à l’apprendre, Sariel aurait vraiment honte et surtout il essuierait sans doute le plus gros refus de sa vie. Son cours de japonais se passa tout à fait normalement, il confia juste à Takehiko, sa conclusion mais sans plus.

۞۞۞

Trois mois passèrent, sans aucun incident, Sariel cachait ses sentiment à Mr Sanada et ce dernier continuait de donner cours comme tout bon professeur. Quelqu’un d’étranger aux tourments intérieur du jeune garçon aurait dit que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Pour le moment, Sariel était assit à son bureau et attendait que Mr Rochel lui rende sa copie comme à tous les autres élèves. Le professeur s’approcha enfin de lui mais, au lieu de lui rendre sa feuille, il se pencha vers lui et lui dit à voix basse :

- Sariel, viens me voir dans cette classe après les cours, j’aurais deux ou trois remarques à te faire sur ce test.

L’adolescent acquiesça, il était intrigué, il était pourtant certain d’avoir réussi son test, il réussissait toujours ses tests, si son professeur le convoquait c’est qu’il devait avoir fait une faute grave, mais il ne voyait vraiment pas quoi.

Tout le reste de la journée, Sariel ne sut se concentrer sur les cours mais ce n’était pas vraiment un problème pour lui, ses résultat n’en pâtiraient pas. Ce que lui avait dit son professeur de français le perturbait énormément, le seul cours ou il resta attentif – enfin si attentif est vraiment le mots qui convenait – était le cours d’anglais. Même s’il avait décidé de ne jamais révéler ses sentiments à son beau professeur japonais, il ne pouvait s’empêcher de l’admirer. Tous ses rêves était bercé par la douce personne qu’était Hiroshi Sanada.

La fin de la journée arriva et Sariel se rendit dans la classe où il avait eu français quelque heures plus tôt. Mr Rochel arriva quelque minutes après lui. L’adolescent alla s’assoire près du bureau du professeur, tandis que celui-ci fermait la porte. Le châtain entendis un léger déclic mais n’y porta pas grande attention. Il débuta la conversation.

- Qu’est-ce qu’il se passe ? ai-je raté mon test ?
- Non, bien sûr que non, il est parfait, comme d’habitude, comme toi, dit Mr Rochel, un sourire inquiétant pendu aux lèvres.

Sariel commença vraiment à s’inquiéter quand l’homme s’approcha de lui a grand pats. Le professeur l’attrapa par l’épaule et le coucha violemment sur le bureau ou il s’était installé.

- alors Sariel, ton nom est bien celui d’un ange n’est-ce pas, sourit cruellement Mr Rochel, sais tu que j’ai toujours rêvé de posséder un ange ?! et dans tout les sens du terme ! tu m’appartient, Sariel, et cela à jamais !!!

le jeune garçon était terrifié, son professeur de français lui arrachait ses vêtements avec une grande violence, il les mettait en lambeaux. Sariel paniqua, il cria espérant que quelqu’un passerait dans se couloir et l’entendrait.

- C’est ça, crie, ça ne m’excite que plus, affirma Rochel dans un rire des plus inquiétant.
- Non ! s’il vous plait, arrêtez ! suppliait le jeune garçon .Non ! je ne veux pas ! arrêtez !!!
- Compte là dessus ! je vais me faire un ange ! je ne risque pas d’abandonner.
- Je ne suis pas un ange ! arrêtez !!! je vous en supplie, arrêtez !!!

Sariel pleurait. Ses mains étaient retenue au-dessus de sa tête par une des mains de son professeur tandis que l’autre lui arrachait les dernier vêtements qu’il lui restait. La force musculaire de l’adolescent ne lui permettait pas de se libérer de la poigne de fer de l’homme qui allait abusait de lui. Il était totalement pétrifié, il avait peur, il le suppliait d’arrêter, de le lâcher mais rien à faire, Mr Rochel semblait jouir de sa domination sur son élève.

Le jeune garçon ne voulait pas qu’il le touche, même si il savait ça impossible, il aurait voulut que ce soit Mr Sanada qui le touche en premier, plus jamais maintenant, il oserait s’approcher de lui ou même poser son regard sur lui.

Le professeur de français fini de le mettre nu. Sariel essaya encore une fois de se dégager mais l’homme lui donna un violent coup au visage.

- vas-tu te calmer !?! hurla-t-il.

L’adolescent cria encore, espérant, priant pour que quelqu’un l’entende.

Les larmes coulaient le long de son visage, ses yeux étaient rouges et sa joue enflée par le coup qu’il venait de recevoir. Il essaya tant bien que mal de reprendre une respiration normal, sa tête lui tournait et si il perdait connaissance, c’étai sûr, il n’aurait plus aucune chance de sortir de cette situation et il se ferait violer. Dans un dernier espoir, il essaya de se défaire des mains de son professeur, avant que ce dernier ne finissent par le pénétrer. Mr Rochel, vexé d’être coupé dans son élan, se mit en colère.

- Vas-tu enfin te calmer que je puis te faire miens !!! veux-tu tellement que je te fasse mal !? mais si c’était ça il suffisait de le dire tout de suite ! s’énerva le professeur.
- Non, lâchez-moi ! je ne veux pas !! hurlait Sariel.
- Ta gueule !!! ordonna Rochel a bout de nerf, le frappant, encore plus violemment que la fois précédente, au visage.

Le jeune garçon se sentit partir, tout autour de lui devenait noir, bientôt il n’entendit plus que quelques bruits sourds, puis plus rien…

۞۞۞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
caga-chan
Aspirant(e) Yaoiste
Aspirant(e) Yaoiste


Nombre de messages : 209
Age : 26
Localisation : dans les bras de mes BiShOs *bave*
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Dim 11 Juin à 8:33

Nyaaaaaaaa c'est un crime de couper ici !!!
La suite, la suite 58
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-boys-forever.skyblog.com
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Dim 11 Juin à 13:07

je sais, c'est expres que j'ai coupé la mais ne vous inquiétez pas, voila la suite ^^

****

Hiroshi se dépêchait. Mais qu’est-ce qu’il lui avait pris d’oublier ses copies ? s’il continuait, il allait raté son train. Il courut jusqu’à la salle des profs, pris un tas de feuille posé sur son bureau et repartit. Apres un cour temps de réflexion, il pris le couloir de droite au lieu de celui de gauche, par lequel il était arrivé, ce serait plus rapide.

En passant à coté d’une des classe, il entendit des voix, une vive altercation éclata. Le jeune professeur ralentit le pat, il aurait juré avoir entendu des pleurs. Il arriva a comprendre quelques brides de la conversation – si on pouvait appeler ça comme ça – « Non ! Lâchez-moi ! Je ne veux pas !! » « Ta gueule !!! » puis il entendit un bruit sourd. Hiroshi était sûr d’avoir reconnu la voix de Sariel.

Il essaya d’ouvrir la porte mais celle-ci était verrouillée, il ouvre cette porte, Sariel était en danger ! il donna plusieurs coup dans la porte avec son épaule, au bout de la 6e fois, la porte, pourtant très solide, céda.

Ce qu’il vit l’horrifia : Sariel nu, évanouis, allongé sur un des bureau et portant plusieurs coups sur le visage. Mr Rochel le maintenait sur la table et n’allait pas tarder à « prendre possession » de son corps.

Son sang ne fit qu’un tour, il frappa le professeur de français qui en perdit l’équilibre. Le Japonais le rua de coups jusqu’à ce qu’il ne soit plus conscient. Hiroshi tenta de reprendre son calme et quand ce fut fait il se dirigea vers Sariel et le pris tendrement dans ses bras.

- Sariel, Sariel… réveille-toi, lui murmura-t-il, allez Sariel, ouvre les yeux.

L’adolescent resta inconscient. Le japonais le reposa délicatement et chercha ses vêtements, ils étaient en lambeaux, impossible de les lui remettre, ça ne cacherais rien du tout. Il enleva sa veste et en habilla le jeune garçon, heureusement qu’elle n’était pas courte et que Sariel n’était pas bien grand. Ensuite, il réunit ses affaires et celle de son élève et les déposa dans le sac de cours de l’adolescent, le mit a son épaule et repris son jeune protégé dans ses bras.

Il sortit de la classe laissant seul et inconscient l’immonde professeur de français. Arrivé dans l’entrée, il se rendit compte que son train était déjà passé et que, de toute manière, il ne pouvait pas prendre le train avec Sariel dans cet état. Il s’assit sur un bac et, sans lâcher le jeune garçon, sortit son téléphone pour appeler un taxi.

L’attente avant que le taxi n’arrive ne dura pas plus de cinq minutes. Le chauffeur le regarda bizarrement quand il le vit entrer avec un jeune garçon inconscient, ne portant sur lui qu’une veste, mais il ne posa pas de question. Hiroshi lui donna son adresse et il les y conduisit.

Après avoir payer et remercié le chauffeur de taxi, le Japonais rentra dans son appartement, portant toujours dans ses bras son précieux fardeaux. Il déposa délicatement Sariel sur son lit et partit dans la salle de bain chercher de quoi le soigner. Ayant trouvé tout ce qu’il cherchait, il alla s’asseoir a coté du blessé et lui enleva sa veste pour vérifier que son corps ne portait aucune blessure. Apparemment seul son visage avait été touché, il entrepris donc de panser ses plaies. Quand il eu fini, le jeune garçon se mit à gémir, ses paupières tremblèrent avant de s’ouvrirent lentement.

Quand il ouvrit les yeux, Sariel vit Mr Sanada penché sur lui, un air inquiet peint sur le visage.

- Sariel, est-ce que ça va ? demanda l’homme.
- Mr Sanada ?

Il se redressa pour mieux voir ce qui l’entourait. Il ne connaissait pas ce lieu.

Il ne comprenait pas se qu’il se passait, il ne savait pas où il était. La seul chose qu’il savait c’est que la personne qu’il aimait plus que tout se trouvait très, vraiment très près de lui.

Sariel baissa les yeux, gêné de la proximité du visage de son professeur. Là, il se rendit compte, qu’il était complètement nu. Il sursauta et ramena ses genoux contre lui, les serrant dans ses bras. Il essayait de cacher tant bien que mal sa nudité, s’apercevant qu’il était dans un lit, il attrapa la couverture et s’en recouvrit.

- Mais ? que… pourquoi est-ce que… bafouilla l’adolescent.

Il s’immobilisa d’un coup, cessant même de respirer. Les larmes s’accumulèrent dans ses grands yeux d’améthystes avant de couler le long de ses joues ; il se rappelait, ça lui était revenu comme un flash dans son esprit.

- Mr Rochel, il m’a… il m’a, essaya d’articuler Sariel.
- Non, Sariel, je suis arrivé à temps, il n’a pas eu le temps, il ne t’a rien fait, le rassura Hiroshi en le prenant dans ses bras.

Le jeune garçon laissa libre-cours a ses sanglots, il se sentait en sécurité dans ces bras mais il avait honte, honte qu’Il l’aie vu dans cette situation des plus embarrassante, honte de ses laisser ainsi aller dans Ses bras.

- Tes vêtements étaient déchiré et immettable, je t’ai mis ma veste mais je voulait m’assurer que tu n’était pas blessé, alors, j’ai du te l’enlever.

Le jeune professeur marqua un temps de pause et réfléchit.

- je vais te passé un t-shirt et un caleçon a moi, continua-t-il, mais il se peut qu’ils soient un peu trop grand…
- oui… fit Sariel en étouffant un sanglot, merci…

Hiroshi se leva, abandonnant le jeune garçon traumatisé quelques secondes, il fouilla dans son armoire et en sortit un t-shirt noir et un caleçon. Il les tendit à l’adolescent et se retourna le temps qu’il s’habille, puis se rassit à ses cotés.

- Tu veux manger quelque chose ? boire ?

Le Japonais essayait de lui remonter le moral, lui quand il se sentait mal, il mangeait toujours quelque chose, surtout du chocolat. il se disait que si a lui ça lui remontait le moral, alors peut-être que pour Sariel…

- Non je… je ne veux rien. Quel heure est-il ? ajouta le châtain.
- Il est 5 heure et demi, tu es resté évanoui un peu plus d’une heure.
- 5 heure et demi !!! s’exclama Sariel, se redressant d’un bon. Je doit absolument rentrer. Takehiko est sûrement déjà a la maison.
- Tu peux téléphoner si tu veux, le téléphone est là, dit-il en désignant la table de nuit.

Sariel décrocha le combiné et composa le numéro de chez lui. Au bout de trois sonnerie on décrocha.

- Allo ! ? dit une femme dont on distinguait l’inquiétude dans la voix.
- Maman, c’est moi…
- Sariel ! mais bon sang, où es-tu ?! ça fait une heure que tu devrait être rentré.
- Je… je suis chez Mr Sanada, mon prof d’anglais, je n’avais pas compris certaines choses et il m’a proposé de m’aider, mentit le jeune garçon.
- Bon, tu aurais dû me prévenir quand même, se calma Sonia.
- Désolé…
- Bien, donne moi son adresse, je vient te chercher.
- Euuuh, il se tourna vers le Japonais qui lui tandis un papier avec ses coordonnée, Sariel avait branché le haut-parleur et donc le jeune professeur savait tout ce qui se disait. C’est le n° 5 rue…, dicta l’adolescent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
caga-chan
Aspirant(e) Yaoiste
Aspirant(e) Yaoiste


Nombre de messages : 209
Age : 26
Localisation : dans les bras de mes BiShOs *bave*
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Lun 12 Juin à 8:59

Roooooooh trop bien chirolp_lovely chirolp_lovely
Ze veux la suiteuh 125
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-boys-forever.skyblog.com
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Lun 12 Juin à 15:09

et voila la suite ^^

****

۞۞۞

Sonia raccrocha le téléphone et se prépara à partir quand Takehiko l’arrêta.

- C’est bon, je vais y aller, fit-il en prenant sa veste.
- Mais non, ne vous dérangez pas pour ça.
- Mais ça ne me dérange pas, ça m’arrange même ; ma femme m’a demandé de rapporter du lait en rentrant, j’en profiterai pour aller en chercher.

C’était un mensonge, évidemment, connaissant les sentiments de son élève pour son professeur d’anglais, il imaginait ce qu’il avait pu se passer, même s’il se trouvait loin de la vérité.

Takehiko pris le morceau de papier où Sonia avait marqué l’adresse à laquelle vivait Hiroshi Sanada et démarra.

20 minutes plus tard, il arrivait à destination. Il sonna et directement la voix du professeur lui répondit par l’interphone.

- C’est au troisième étage, et il lui déverrouilla la porte.

Le Japonais monta et frappa à la porte, il ne du pas attendre longtemps avant que le jeune professeur ne lui ouvre.

- Oh ! s’étonna Hiroshi qui s’attendait à voir une femme. Mr Takito, c’est ça ?
- Oui, flatté que vous vous souveniez de moi, sourit Takehiko. Je suis venu chercher Sariel.

Le jeune garçon apparu derrière le jeune homme, la tête basse. En le voyant l’homme perdit son sourire. Sariel avait plusieurs pansements sur le visage et les vêtements qu’il portait n’étaient, de toute évidence, pas les siens.

Le vieux japonais attrapa Hiroshi pas le col de sa chemise et le regarda dans les yeux, il était furieux.

- Que lui avez-vous fait ?! gronda le professeur de japonais.

Hiroshi étouffait, il n’était pas en mesure de répondre.

Le jeune garçon s’accrocha au bras de son ami et le tira de toutes ses forces pour lui faire lâcher prise.

- Arrêtes ! C’est pas lui ! Lâches-le.
- Sariel ? Pourquoi le protéges-tu ? fit Takehiko en regardant son élève tristement.
- Ce n’est pas lui, je te le jure, lâches-le, tu vas le tuer !

L’homme fini par lâcher le col du pauvre professeur accusé a tord. Hiroshi toussa quelque fois et repris son souffle.

- Entrez, je vais vous expliquer, l’invita le jeune homme tout en se tenant la gorge.

Le vieux professeur entra et s’assit dans le canapé que lui indiquait le jeune japonais, Sariel toujours accroché à son bras s’assit ç coté de lui. Le jeune professeur s’installa dans un fauteuil face à eux.

- Comme Sariel vous l’a dit, ce n’est pas moi qui lui ai fait… ça, commença Hiroshi, si c’était moi, je ne crois pas que je lui aurais permis de téléphoner chez lui…
- Effectivement, ça parait logique, réalisa Takehiko.
- Je vais vous raconter ce qu’il s’est passé, enfin plutôt, ce que je sais, mais si Sariel me le permet, bien sûr.

Les deux Japonais regardèrent le jeune garçon, celui-ci hocha la tête et se referma encore plus sur lui-même.

- Alors voilà, j’étais allé rechercher des copies que j’avais oubliées, quand j’ai entendu Sariel crier dans une des classes, j’ai forcé la serrure de la clase pour entrer et là je l’ai vu évanouis et nu sur une des tables et Mr Rochel sur le point de le violer. J’ai assommé ce salaud et j’ai ramené Sariel ici et quand il s’est réveillé, il a téléphoné chez lui. Voilà, c’est tout ce que je sais, fini le jeune professeur.
- Mais ? Et ses vêtements ? Où sont-ils ? interrogea Takito.
- Ce malade les a déchirés, répondit-il en serrant les poings de rage.

Sariel sentait les larmes s’accumuler une nouvelle fois dans ses yeux, il réprima un sanglot avant de fondre en pleur. L’homme a ses coté le pris dans ses bras et le berça lentement jusqu’à ce qu’il s’endorme.

Hiroshi regardait tristement le jeune garçon, lui qui avait toujours l’air si heureux quand il était à son cours, semblait maintenant complètement perdu et désemparé. Le voir ainsi le faisait énormément. Mais dans un sens, il était soulagé, soulagé d’être arrivé à temps, soulagé que Mr Rochel n’aie pas eu le temps de commettre son horrible forfait.

- Je vous conseille d’allé porter plainte, je veux bien témoigner en sa faveur si besoin est, fit-il en désignant l’adolescent du regard et en parlant assez bas pour ne pas le réveiller.
- Oui, je vais raconter ce que vous venez de me dire à sa mère.
- Vous avez raison et dites-lui bien que si Sariel lui a mentit, c’était pour ne pas l’inquiéter.
- Oui, je le ferais. Bon je crois que je vais vous laisser.
- Attendez, je vais vous aider, vous n’aller pas avoir facile avec Sariel dans les bras, proposa Hiroshi.

Les deux hommes s’engagèrent dans l’escalier, Sariel dans les bras du plus âgé. Dehors le plus jeune aida Takehiko à installer le jeune garçon dans la voiture. Le vieux Japonais salua et remercia le jeune professeur et s’en alla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
He@venly
Dieu / Déesse Yaoiste
Dieu / Déesse Yaoiste


Nombre de messages : 4613
Age : 28
Date d'inscription : 01/03/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Lun 12 Juin à 16:17

Viens de tout lire!! c'est génial!! J'adore!! chirolp_lovely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.misstatayoyo.skyblog.com/
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Lun 12 Juin à 16:20

mirci, c'est gentil blobtongue faut encore que je tape la suite chirub_poka
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
caga-chan
Aspirant(e) Yaoiste
Aspirant(e) Yaoiste


Nombre de messages : 209
Age : 26
Localisation : dans les bras de mes BiShOs *bave*
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Lun 12 Juin à 16:54

Il faut taper la suite au plus vite XD
Je suis devenu accro chirolp_lovely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-boys-forever.skyblog.com
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Lun 12 Juin à 17:34

je le ferai demain promis ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Mar 13 Juin à 19:00

cose promise, chose faite 57

****

۞۞۞
De retour a la demeure Orbe, le professeur se gara su le trottoir et, le plus précautionneusement possible, il sortit Sariel de la voiture.

Sonia, qui les attendait devant la fenêtre, les avait vus arrivé et leur ouvrit la porte. Dés qu’elle vit son fils, elle s’inquiéta.

- Sariel ? ! Mais qu’est-ce qu’il a ? demanda-t-elle au japonais.

Ce dernier lui fit signe de se taire et monta Sariel dans sa chambre. Il l’installa dans son lit puis revint auprès de Sonia pour lui expliquer la situation. La femme fut bouleversée par ce qu’il était arrivé à son fils, elle en versa même quelques larmes. Elle avait quitté son mari pour que Sariel n’ai plus jamais à être maltraité et voilà que son professeur osait essayer abuser de lui.

۞۞۞

Sariel se réveilla au beau milieu de la nuit suite à un cauchemar – comment ne pas e, faire après avoir vécu ce qu’il avait vécu – il se leva et alla chercher Uko dans son armoire. Il le serra contre lui et pleura à chaudes larmes, il ne parvint pas à se rendormir de la nuit.

۞۞۞

Au petit matin, Sonia alla réveiller son fils pour qu’ils puissent aller porter plainte le plus vite possible. Quand elle ouvrit la porte de sa chambre, elle trouva Sariel prostré dans son lit, son doudou dans les bras. Ses yeux étaient rouges, il avait du pleurer toute la nuit.

« Comme avant, pensa la femme »

- Sariel, habilles-toi, dit-elle d'une voix douce.

Il obéit et s’habilla sans quitter Uko du regard, une fois qu’il eut fini, il le reprit aussitôt dans ses bras.

- Allez, vient Sariel, nous allons porter plainte contre ce professeur, continua-t-elle sur le même ton.

Le jeune garçon acquiesça et après un petit déjeuné rapide – qui n’en fut pas vraiment un pour lui – ils partirent pour le commissariat.

Arrivé sur place, ils descendirent de la voiture et demandèrent à un officier quelconque où il fallait porter plainte. Il leur dit de se présenter et que la selon la gravité de la plainte on les dirigerait vers le bureau adéquat. Ils remercièrent le policer et allèrent à l’accueil.

- Excusez-moi, fit Sonia, ce serait pour porter plainte.
- Oui, je vous écoute…
- Je voudrais porter plainte pour tentative de viol sur mineur.
- Sur mineur ? répéta la femme de l’accueil.
- Oui, mon fils a faillit se faire violer par un de ses professeurs, expliqua-t-elle en désignant Sariel qui se cachait derrière elle en serrant Uko si fort dans ses bras que s’il avait été vivant, il serait sûrement mort d’asphyxie.
- Oui, attendez !

La femme était choquée, elle décrocha le téléphone et appela le commissaire, lui racontant pourquoi elle l’appelait. L’homme accepta de les recevoir vu la gravité de la situation. Elle conduisit don Sariel et sa mère jusqu’au bureau du haut gradé.

Sonia frappa à la porte et attendit qu’on lui dise d’enter, ce qui ne dura pas plus de quelques secondes. Le commissaire leur fit signe de s’asseoir et commença :

- C’est pour tentative de viol, c’est ça ?
- Sur mineur, oui, compléta la femme.
- Bien, racontez-moi ce qu’il c’est passé.

Sonia se tourna vers son fils.

- allez, Sariel, dit-nous comment ça c’est passé.

L’adolescent serra encore plus son doudou contre son cœur et baissa ses yeux, qui commençaient a se remplirent de larmes.

- Mr Rochel m’avait dit qu’il voulait me voir a cause de mon test, commença-t-il alors que les larmes coulaient maintenant sur ses joues. Puis, je crois qu’il a fermé la porte a clef mais je suis pas sûr. Puis il m’a collé sur le banc et il m’a dit qu’il avait toujours voulu posséder un ange…
- Un ange ? le coupa le commissaire.
- Il s’appelle Sariel, c’est le nom d’un des sept archanges, l’informa Sonia.
- Ah… bien, continue.
- Alors, je… i-il a arraché mes vêtements et comme je criais, il m’a frappé toujours, toujours plus fort et… et j’ai fini par m’évanouir.
- Ne serais-ce pas une plainte pour viol qui faudrait formuler dans ce cas ?
- Non, s’exclama Sariel, parce que Mr Sanada a dit qu’il était arrivé juste à temps. Et il m’a même soigné, ajouta-t-il a voix basse.

Sariel rougis a cette pensée tellement innocente.

- Bien, j’aimerais bien parler à ce Mr Sanada pour avoir quelque précision. Mais en attendant nous allons mettre votre agresseur en garde-à-vue. Comment avez-vous dit qu’il s’appelait ? demanda l’homme.
- Mr Rochel, répondit le jeune garçon, il est professeur de français à St Gabriel.
- Merci… rentrez chez vous et tâchez de vous reposer, conseilla le haut gradé. Je vous recontacterais quand j’aurais du nouveau.

Sonia et son fils sortirent de bureau après avoir, au préalable, salué l’homme qui s’était occupé d’eux. Elle laissa ses coordonnées a l’accueil, pour qu’ils puissent la recontacter et partit.

Ils rentrèrent chez eux, Sariel avait reçu de sa mère un énorme pot de glace au chocolat, la femme savait que sa lui ferait plaisir, ça lui remontait toujours un peu le moral de manger un pot de glace en regardant la TV sous une grosse couverture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
Zillah
Apprenti(e) Yaoiste
Apprenti(e) Yaoiste


Nombre de messages : 692
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Mar 13 Juin à 21:06

waouh je vois ca devient du serieux tout ca ^^ continue comme çà j'adore chirolp_lovely
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
He@venly
Dieu / Déesse Yaoiste
Dieu / Déesse Yaoiste


Nombre de messages : 4613
Age : 28
Date d'inscription : 01/03/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Mar 13 Juin à 23:02

Moi aussi j'adore!! la suiteuhhhhhh! bloblaugh
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.misstatayoyo.skyblog.com/
caga-chan
Aspirant(e) Yaoiste
Aspirant(e) Yaoiste


Nombre de messages : 209
Age : 26
Localisation : dans les bras de mes BiShOs *bave*
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Mer 14 Juin à 21:49

Trop bien chirolp_lovely
Z'ai hâte d'avoir la suite 125
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-boys-forever.skyblog.com
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Mer 14 Juin à 22:05

je tape, je tape, un peu de passience ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
caga-chan
Aspirant(e) Yaoiste
Aspirant(e) Yaoiste


Nombre de messages : 209
Age : 26
Localisation : dans les bras de mes BiShOs *bave*
Date d'inscription : 11/05/2006

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Jeu 15 Juin à 10:18

Oki, no prob 125
Je patienterais chirolp_wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-boys-forever.skyblog.com
gyoku
Maître Yaoiste
Maître Yaoiste


Nombre de messages : 1140
Age : 27
Localisation : dans un endroit remplit de tombes appelé plus communément cimetière ^___^
Date d'inscription : 04/11/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Ven 16 Juin à 11:13

voila la suite chirolp_wink

****

Sariel resta chez lui les deux jours qui suivirent.


۞۞۞


Hiroshi était déçu de ne pas avoir vu Sariel en classe aujourd’hui mais il s’était douté qu’il ne viendrait pas, il devait être encore sous le choc. Il avait décidé que ce soir il irait lui rendre visite histoire de voir s’il allait mieux.

Le soir était tombé, le jeune garçon était toujours devant la télévision, serrant fortement Uko dans ses bras. Quelqu’un sonna à la porte, Sonia sortit de la cuisine – où elle préparait le repas – pour aller ouvrir. Elle tomba nez à nez avec un très bel asiatique, celui-ci se présenta.

- Bonjour, euh… ou plutôt bonsoir, se rattrapa-t-il, je suis Hiroshi Sanada, le professeur d’anglais de Sariel, je…
- C’est vous qui avez sauvé mon fils de ce pervers n’est-ce pas ? le coupa Mme Orbe.
- Oui, c’est ça. Je suis venu voir comment Sariel allait, je m’inquiète beaucoup pour lui.
- Oui, bien sûr. Entrez, je vous en prie, Sonia céda le passage au jeune professeur. Il est dans le salon.

Hiroshi se dirigea vers la pièce que lui désignait la mère de son élève. Il était prostré dans le canapé, comme hypnotisé par la TV. Le jeune homme s’approcha doucement de l’adolescent.

- Sariel…

Ce dernier, ne s’étant pas rendu compte que quelqu’un l’approchait, sursauta violemment. Il se retourna lentement vers celui qui l’avait appelé. Ses yeux s’agrandirent sur le coup de la surprise et il bondit à l’autre bout du canapé. Il s’attendait à tout sauf à le voir, lui, Mr Sanada, son professeur d’anglais, celui qui l’avait sauvé du viol, mais surtout l’homme qui hantait son cœur. Il serra Uko encore plus fort contre sa poitrine, il avait honte de se montrer si faible devant cet homme. Il avait peur qu’il le prenne en pitié, il ne voulait absolument pas qu’on aie pitié de lui, surtout que lui aie pitié de lui.

Hiroshi pris la parole :

- Est-ce que ça va, Sariel ?
- Euh… je … o-oui, bafouilla-t-il.
- Je m’inquiétais pour toi. L’expérience que tu as vécue à sûrement dû t’être traumatisante. Si tu as besoin de parler, je suis là.
- Non, je vais bien, ça va, mentit le jeune garçon.
- Sariel… ma petite sœur, elle aussi, a été victime d’une tentative de viol, je sais bien que ta situation est difficile.
- Votre sœur ? comment a-t-elle fait pour surmonter ? demanda Sariel qui doucement, commençait à se détendre.
- Elle na pas surmonté… fit-il tristement, elle s’est suicidée deux semaines après.
- Je, je sui désolé.
- Tu n’as pas à l’être, ce n’est pas de ta faute. Ecoute, Sariel, je ne veux pas que ça recommence alors il faut que tu parles, ma sœur ne l’a pas fait et regarde où ça la conduit, on à découvert la raison de son acte qu’après sa mort, dans une lettre qu’elle nous avait laissée. Alors tu ne doit pas hésiter.
- Takehiko… je parlerais à Mr Takito.
- Du moment que tu parles avec quelqu’un. Mais n’oublies jamais que je suis là si tu as un problème.
- Oui, je… merci.

Hiroshi lui sourit.

- je suis rassuré, je vais te laissé te reposer.

Il se leva et passa une main amicale dans les cheveux de Sariel. Il alla saluer Sonia avant de sortir et de le laisser seul avec ses pensées.

Ainsi, Mr Sanada n’avait pas pitié de lui, il s’inquiétait juste pour lui. Son professeur lui avait fait confiance et lui avait raconté une partie de son passé. Par ce fait, il l’avait rapproché de lui plus que n’importe quel autre élève.

Takehiko arriva quelques minutes après le départ de l’autre professeur. Sariel, comme il avait promis de le faire, se confia au vieux japonais. Il lui raconta la visite De Mr Sanada, en omettant de lui parler de sa sœur, c’était son secret et il le garderait pour lui seul. Peut-être serait-ce la seul chose que son professeur d’anglais lui confierait, alors il ne voulait pas la partager, il voulait être le seul, l’unique à savoir.

Aujourd’hui, Takehiko n’était pas venu pour lui donner cours mais, ayant beaucoup d’affection pour son élève, était venu prendre de ses nouvelles. Il était heureux que Sariel se confie à lui, il avait eu peur qu’il ne se referme complètement sur lui-même, et d’après Sonia, c’était ce qu’il s’était passé jusqu’à la visite d’un certain Mr Sanada. Le japonais en était sûr, c’était la présence de l’homme qu’il aimait qui avait rassuré son jeune élève, il avait sûrement du lui faire comprendre qu’il n’était pas seul et qu’il pouvait compter sur eux. Takito lui en était reconnaissant, cet homme était quelqu’un d’extrêmement bon et gentil, il comprenait pourquoi Sariel en était tombé amoureux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yaoipassion.jeun.fr/index.forum
Zillah
Apprenti(e) Yaoiste
Apprenti(e) Yaoiste


Nombre de messages : 692
Date d'inscription : 14/05/2005

MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Ven 16 Juin à 15:43

C'est ta 1ere fic ? je la trouve vraiment super bien ecrite j'espre tu iras jusqu'au bout sinon ca me traumatisera ( lol ) chirolp_wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les tourments d'une vie   Aujourd'hui à 21:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Les tourments d'une vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YAOI*MANIAC :: Fanfictions (yaoi ou non) :: Vos fics-
Sauter vers: